Continuer …

Article paru dans la revue SOURCES (Juillet – août – septembre 2017)

Le père Jacques Breton, fondateur du Centre Assise, a rendu son dernier souffle le dimanche 19 février 2017.

ll est des êtres dont la seule présence éveille l’élan de vie et d’authenticité tant ils témoignent de ce qu’ils sont, avec une façon toute personnelle de laisser se manifester en eux ce qui nous traverse tous.

Né le 8 septembre 1925, Jacques Breton était ce qu’on appelle un « chercheur d’unité et de vérité » qui prenait I’expérience intérieure au sérieux.

Découvrant le Christ à l’âge de dix-sept ans, Jacques comprend que sa mission, sa « raison d’être sur cette Terre sera de vivre de cet Amour, de le faire connaître, de le communiquer ». l

Mais comment incarner cette foi au plus juste ? Si en devenant prêtre, il trouve sa vocation, il a le sentiment de subir sa vie, de n’avoir pas rejoint encore son centre intérieur. Attiré par la mystique, il fait d’abord une tentative de vie carmélitaine, puis devient ermite en Sologne.

C’est en portant inlassablement cette question, cette quête intérieure, avec ce mélange d’exigence, de détermination et d’humilité qui le caractérise, qu’il rencontrera en 1970 Graf Dürckheim qui I’initiera au zen. Avec Iui il effectuera un long travail sur le chemin ouvert par Ia thérapie initiatique.

En 1983 Jacques participe au premier échange inter-monastique organisé au Japon entre moines chrétiens et moines bouddhistes. ll prolonge le séjour pour s’ouvrir en profondeur au chemin du zen. Cette rencontre déterminante l’ancrera plus encore dans sa foi quand il expérimentera que le zen lui permet de faire du corps le lieu de l’expérience intérieure. « Accueillir le souffle, c’est accueillir le Christ », disait-il souvent. La pratique assidue de la méditation l’aide à établir avec le divin une relation plus intime. Ainsi le pont se construit entre les sagesses d’Extrême-orient, la discipline de Graf Dürckheim et la mystique chrétienne, dont le Centre Assise, ouvert en 1987, sera I’aboutissement, l’œuvre de sa vie.

Les liens forts qu’il tissera pendant plus de trente ans avec le Japon et les roshis du Ryutaku Ji, Soshu Roshi d’abord, puis Eizan Roshi dans la durée, devenant son « frère pour l’éternité », l’aideront à continuer le chemin et fonder le Centre Assise. De même avec Maître Noro auprès de qui il découvrira et pratiquera le kinomichi, art de la méditation en mouvement. De même avec les moines de Saint-Benoît-sur-Loire et leur père abbé, auprès desquels il revenait souvent, comme à une source à toujours retrouver, un lieu de retrait, de réflexion et de prière… le lieu où il repose maintenant.

Pour reprendre les mots du président d’Assise : « Animé par une foi, profonde et vivante, guidé par ses traversées chez Dürckheim, la pratique du zazen au Japon, sa propre quête les bras ouverts devant la grâce, Jacques Breton est devenu un jardinier de l’âme, du corps et de I’esprit. Nous apprenant à cultiver les trois, patiemment. »

Le dynamisme, la confiance absolue de Jacques, à la veille de sa mort, quant à l’avenir du Centre Assise suscite et soutient en nous le désir de continuer son œuvre. Continuer à accueillir chacun dans sa singularité pour l’accompagner vers la profondeur de I’humus ou dans le souffle.jaillit la lumière. Continuer à vivre de I’esprit d’Assise et à le faire vivre.

L’équipe du Centre Assise

Jacques Breton est I’auteur de deux ouvrages :
– Vers la lumière, Éditions Bayard, 1997
– ltinéraire singulier d’un prêtre catholique, Éditions L Harmattan, 2011

www.centre-assise.org

 

1
  Voir aussi