Témoignages

Voici quelques témoignages de participant.e.s reçus après des sessions à St Gervais

 

 

 

 

 

Stage : La jeune fille sans mains avec Bénédicte de Nazelle et Anna Ladyguina

En participant à ce stage, je cherchais à retrouver le chemin du cœur au travers de symboles comme “la main”. Par la lecture du conte, le dessin méditatif et la danse, Anna Ladyguina nous amène à revivre à l’instar des protagonistes, des épreuves cruelles  pour mieux les solder. Quant au travail avec l’argile réalisé sous la houlette de Bénédicte de Nazelle, il consolide ces expériences en profondeur et jette la lumière sur son propre vécu. Une alliance thérapeutique puissante. Merci au groupe qui n’a pas lésiné pour offrir des témoignages émouvants et aux deux intervenantes pour leur engagement bienveillant.

Une expérience bouleversante à réiterer. Olivia O.

Il y a des mots qui sont malades. Des mots qui me semblent galvaudés. Peut-être, victimes d’une mode, d’un type d’individus. Je ne sais pas ! Tel est le cas – à mon sens – du mot « BIENVEILLANCE ». Mais qu’est-ce donc que la bienveillance ? Si je décortique, c’est être « Bien Veillant » ; il s’agirait donc de veiller sur la personne à qui l’on souhaite prodiguer attention, positivité, aide et amour … « Bien veiller » ne serait-il pas d’éviter alors de porter un jugement, de coller une étiquette ? « Bien veiller » ne serait-il pas avoir une ouverture d’esprit et d’accueillir l’autre dans toutes ses différences et dans tout son potentiel présent ou en-devenir ? « Bien veiller » ne serait-il pas de laisser passer le nuage … « Bien veiller » ne serait-il pas être à même d’ouvrir en grand son oreille, son cœur ? La bienveillance ne devrait-elle pas chasser la jalousie, la comparaison ? « Bien veiller » e(s)t  se mettre à la même hauteur, égal à celui qui est à côté de moi. Sans critique exprimée par devant ou par derrière. Aussi, je préfère les mots : « authentique » et « authenticité » qui permettent d’être dans notre justesse. Ma justesse et la justesse de l’autre. C’est de l’authenticité que j’ai découverte et rapportée de ce week-end, début juin 2019. Et je m’en suis nourrie. Authentique avec soi-même, avec les autres. Alors, seulement, la bienveillance suit et la spontanéité arrive à son tour. L’authenticité de se respecter d’abord soi-même pour bien se veiller. L’authenticité de respecter celui qui est dans le groupe pour bien le veiller. Bien se veiller ensemble … Quelle richesse de nous ! Ce fut un week-end prolongé, très rythmé mais équilibré, riche en surprises et en découvertes. Découverte de moi-même aussi … Découverte des méditations, du dessin intuitif, des danses méditatives, des jeux de rôle qui ont suivi – et je ne m’en croyais pas capable ! –jeux de rôle qui ont suivi la lecture du conte de Grimm : « La jeune fille sans mains ». Découverte de l’énergie très positive du lieu qu’est Assise ; j‘y reviendrai ! Quant aux champs d’argile, ils ont été une triple expérience : – La synergie du groupe nous fait travailler le groupe et individuellement – Travail individuel où j’ai recontacté un rêve d’adolescente, où j’ai pris conscience qu’il fallait écouter ses propres besoins et se donner le droit d’être ce que je suis – Grande expérience en tant que future accompagnatrice ; l’observation, et des champs et de la manière de Bénédicte à gérer chaque situation, a été cadeau. Reconnaissance ! Merci !
Le conte m’a amenée à davantage de tolérance, de compréhension ; on peut agir indépendamment de notre volonté, porté par une espèce de force qui ne dépend pas de nous et que nous subissons. J’ai été surprise de constater comment l’on pouvait rentrer dans la peau, dans l’énergie des personnages et les ressentir dans le corps ! Merci encore pour ces moments de partage ! Extra-ordinaire ! Et tellement authentiques ! Claire L.